skip to Main Content
Ad Astra

Ad astra

7ème long métrage du réalisateur New Yorkais qui signe ici sa première incursion dans le domaine très balisé de la Science Fiction.

Avec AD ASTRA, James GRAY n’en finit pas de nous étonner en explorant ici, les confins de la planète solaire. Une fresque intime qui retrace le voyage dans l’espace d’un astronaute en quête de vérité.

AD ASTRA de sa signification latine « vers les étoiles »

C’est avant tout un film métaphorique, dans lequel le réalisateur contourne les conventions associées au genre pour mieux se les approprier et leur réserver une dimension poétique.

James GRAY choisit l’option du non spectaculaire.

Préférant poser son regard, élégant et mélancolique, sur le personnel, le lien paternel, il prend au passage le risque de décevoir les afficionados de science fiction.

L’introspection et la méditation priment sur l’action et apportent toute leur singularité au film.

Par une mise en scène extrêmement soignée, une photo sublime, on reste subjugué par autant d’esthétisme aux limites de l’abstrait, offrant un écrin parfaitement réaliste à cette odyssée.

“Le spectateur est invité à prendre place à bord d’un vaisseau spatial, avec un ticket pour l’espace de l’ordre du psychanalytique, se trouvant rapidement en totale apesanteur, aux côtés de son héros, brillamment interprété par Brad PITT, sublime et bouleversant d’intensité.”

Personnage rempli d’ambivalences, d’une inflexibilité rare et d’une constance inébranlable, ses failles se décortiquent peu à peu… Au gré de son éloignement de la terre, se retrouvant plongé dans ses abîmes les plus profonds…

A la fois fascinant et magnétique dans sa manière d’arpenter ce long chemin qui le mènera à son père (magnifique Tommy LEE JONES), Brad PITT, tout en force contenue se révèle, une fois de plus, magistral. 

Entre GRAVITY et INTERSTELLAR, AD ASTRA est une aventure spatiale d’une folle ambition, doublée d’une adroite réflexion existentielle sur la solitude.

A la fois flamboyante, nostalgique, triste et étrange, c’est à une majestueuse expédition cosmique et incroyablement hypnotique, que nous convie James GRAY.

Embarquerez-vous dans ce voyage intérieur, cette quête intime, sensible et ouatée, qui, en bien des points, n’enlève en rien son approche interstellaire ?

Laurence Salfati

En salles (sur terre) le 18.09.2019 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Back To Top